09 août 2007

Retour aux sources de mon enfance

Et voilà encore une fois me voilà reparti vers le village qui m'a vu naître. Montigny le Gannelon charmante bourgade de 433 âmes appelées les montrongnons et montrongnonnes ! Je sais ça calme.

Donc dans ce petit village, où j'ai grandi et fait pas mal de bêtises avec mes frères et soeurs, j'y suis retourné et en ai profité pour prendre des photos pour vous le faire découvrir.

Quand j'y habitais encore, on se baignait dans le loir et on faisait du bateau "optimist" sur le plan d'eau ou on à installer le "yachting club de Cloyes-Montigny" et oui ca rigole pas nous avions un yachting club lol !

En plus du château qui est magnifique, nous avons des circuits de randonnées et notre village est même traversé par une des routes de saint Jacques de Compostelle.

Dans notre église, une relique "Sainte Félicitée" : Une martyre dont le tombeau fût retrouvé lors de fouilles et le Duc de Montmorency-Laval obtint du pape Léon XII les restes sacrés de la sainte le 25 juin 1838 qui depuis sont enfermés et mis en valeur dans la châsse à l'intérieur de l'église. On vient demander à cette sainte la guérison des maladies qui touchent les enfants.

Une autre légende de notre beau village (même si celle ci finit tristement) :

Jean de Montigny, seigneur châtelain du domaine était parti en guerre depuis deux longues années lorsque sa femme, la dame châtelaine rencontra lors d'une promenade, un soir, une mendiante accompagnée de ses sept petits enfants.

La pauvre femme s'approcha d'elle et lui demande l'aumône.

Mais la dame qui était dure et hautaine, la regarda dédaigneusement et la repoussa avec dureté en lui disant ; "Quand on ne peut élever des enfants, on n'en fait pas comme une lapine ".

Devant cette attitude, la pauvre femme qui était en réalité une sorcière lui répondit :

"Vous riez de moi Madame, mais pour votre punition vous aurez en une seule couche, un nombre d'enfants plus élevés que celui qui se trouve en ce moment autour de moi ".

Après ces paroles, elle disparut et la Dame de Montigny se retira en riant beaucoup des propos étranges de la mendiante.

Cependant, moins de deux mois après, la châtelaine mit au monde neuf enfants qui naquirent le même jour.

Furieuse, elle ordonna à ses gens de rechercher la sorcière, mais en vain.

Alors elle ordonna à l'une de ses servantes " d'aller noyer huit de ces marmailles dans les eaux du Loir ".

Elle craignait en effet la colère de son époux, pourtant très aimé de ses gens, car rempli de bonnes qualités.

A la tombée de la nuit, la servante emporta dans un grand sac huit enfants, et se dirigea vers le Loir ; soudain, elle entendit un grand nombre d cavaliers et d'hommes d'armes à pied.

Elle reconnût alors son Seigneur et Maître qui lui demanda : " Où vas-tu à cette heure ma mie ? ".

La servante lui répondit qu'elle allait noyer des petits chiens, mais son maître demandant à les voir, elle fut forcée d'avouer la vérité.

Le bon et brave châtelain pénétré de douleur devant la cruauté de sa femme, entra dans une profonde colère, et dans un grand courroux, jura de la punir.

Il fit élever secrètement les enfants mais n'en souffla mot à personne.

Plusieurs années s'écoulèrent, lorsqu'un jour, le Seigneur de Montigny, découvrit des poésies galantes à l'adresse de la Châtelaine et une mèche de cheveux blonds.

Alors au jour du septième anniversaire des enfants, il les fit tous venir au château de Montigny, les habilla tous de la même manière y compris, celui qui vivait avec eux et envoya chercher sa femme. Il lui dit alors : " Madame, où est votre enfant, montrez-le-moi ? "

Elle ne le put car ils étaient très ressemblants.

Confuse, elle se jeta aux pieds de son mari, mais celui-ci la repoussa et lui demanda d choisir son châtiment. La châtelaine selon sa demande fut enfermée dans un tonneau garni de lamelles de couteaux à l'intérieur, et roula jusque dans le Loir, avec la mèche de cheveux blonds dans la main.

" Laissez passer la Justice du seigneur de Montigny ! " criaient les hommes d'armes qui suivaient la folle course du tonneau ;

L'un d'eux prit pitié des cris de la malheureuse et retira la dame de la cruelle machine. Alors qu'il la couvrit d'un grand manteau celle-ci expira en disant ; "Ah ! froid mantel". C'est depuis cette époque que les villages de Saint Claude et Saint Jean portent le nom de Froidmantel.

Source :   l'Echo Dunois, le 25 janvier 1851.

Je n'ai fait effectivement que recopier cette légende pour pouvoir mieux vous la faire apprécier.

J'espère que si vous faites une escapade vers Chateaudun vous pousserez jusque Montigny le Gannelon ce n'est qu'a 15 km.


Posté par athanase_humeur à 10:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Retour aux sources de mon enfance

Nouveau commentaire